temoignage psychogenealogie, temoignage therapie arbre genealogique, témoignage therapie généalogie

Après avoir effectué un travail d'accompagnement individuel mais aussi en groupe, qui m'a permis d'avancer dans la compréhension de mes zones d'ombres...mais aussi de lumières, une belle opportunité s'est présentée à moi .
Une opportunité c'est souvent une rencontre ...plus ou moins fortuite !
Cette belle rencontre est celle de la psychogénéalogie mais surtout celle de Loïc et Liliane.
J'avais besoin alors de comprendre mes liens de dépendance à ma famille et plus loin encore , sentant un grand poids pesé sur mes épaules, j'avais besoin de m'en alléger !
J'ai fortement apprécié ce travail en "duo", chacun des thérapeutes apportant son éclairage et sa grande compétence, en me guidant à partir d'un mot, d'un lien,d'un silence,vers la construction de mon "arbre" et la compréhension de ces mécanismes inconscients.
Tout au long du travail, je me suis sentie épaulée, soutenue ,et poussée dans un grand respect et avec un immense humanisme.
Merci encore pour ce beau travail qui me permet chaque jour davantage de prendre en charge ce qui est de ma responsabilité et d'abandonner ce qui ne m'appartient pas !!

Brigitte


 

La psychogenealogie à été pour moi une véritable révélation quant à ma place et mes fonctionnements au sein de ma lignée familiale.

Liliane et Loic m'ont guidée avec beaucoup d'attention, de générosité et de respect dans cette découverte .

En ouvrant les portes sur mon passé familial, j'ai commencé à batir un pont entre"ce hier lointain"qui participait, à mon insu,à mon présent, et cet"aujourd'hui", où consciente , les voiles se s'oulèvent avec douceur et me permettent de naître à moi même.

Merci à tous deux.

Nathalie


Dernièrement, j'ai eu l'occasion de faire un travail en psychogénéalogie avec Loïc Goubert et Liliane Gabel, et, ce fut fort intéressant sur biens des points.

Ne connaissant cette discipline que par ce que son nom voulait bien exprimer : à savoir une méthode s'appuyant sur le vécu de nos ancêtres afin de permettre la compréhension de certains de nos mécanismes et de mieux y faire face ; je me suis laisser guider sans appréhension et avec beaucoup de curiosité dans le cheminement qui m'était proposé. Et ce d'autant, qu'à priori, je n'étais pas responsable de mes difficultés qui seraient secondaires à des traumatismes vécus par mes ancêtres... Bien pratique.

Me voilà donc entrain de visiter mon arbre généalogique...Cet arbre cacherait il la forêt ?

Grâce à la pertinence de Loïc et à la sensibilité de Liliane, j'avance en confiance dans un passé touffu et dense. Les occasions de me questionner vraiment sur des blessures profondément enfouies mais plus encore de ressentir la douleur inhérente à ces traumatismes sont multiples. Apprendre à s'entendre dire les choses, s'écouter non par les oreilles mais par le cœur, découvrir ensemble des blessures que l'on ne soupçonnait pas ou que l'on ne voulait pas voir dans un climat de confiance et de bienveillance font, qu'au bout du chemin, je suis enfin capable discerner le roman auquel j'adhérais jusqu'à présent pour que mon égo puisse tranquillement tourner en boucle de mon histoire, la vraie, celle qui m'a permis de pousser malgré tout, de porter des branches saines en puisant dans mes racines...

Cette aventure, fut celle d'une nouvelle vision de mes ancêtres. Ils ne sont plus la cause de mes soucis, ils sont la substance première qui me permet de pousser droite, forte, en paix avec mon passé.

Des douleurs comme dans toute famille, il y en a eu. Mais, aujourd'hui, je vois, surtout, toute la lumière qui m'a été transmise. J'ai fait la paix avec mes ancêtres : c'est grâce à eux et non à cause d'eux que je suis celle que je suis : leur amour, leur exemple, je les porte en moi. Et cela me permet de vivre sereinement et même fièrement avec un héritage qui me semblait bien lourd jusque-là.

Cet exercice m'a permis de voir les choses selon un autre angle de vision, pour lequel, en sus, Loïc et Liliane, m'ont aidé à enlever le filtre qui opacifiait mes pensées. Ils m’ont aidé à rééquilibrer mon passé, à harmoniser mes racines. Je sais que je vais continuer à grandir vers la lumière. Et si la vie me fait perdre quelques feuilles, ce ne sera que pour permettre à de nouvelles de s'épanouir.

Je vous souhaite le même bonheur

G….Medecin


Après les séances de psychogénéalogie, j’ai pris conscience d’un phénomène de détachement, de décollement : ma vie se décolle de celle de mes parents. Je redeviens plus vivante. Dans la distance retrouvée surgit la perception d’un nouvel espace où peut souffler une énergie. Je ressens la force d’une respiration plus ample, la voie est plus libre, les chemins obstrués se nettoient.

Pendant les séances, lui, Loïc Goubert, avance ses hypothèses, questionne, met sa culture, qui semble ne pas avoir de limites, au service d’un contexte, d’une époque. Elle, Liliane Gabel, veille à ce que je ne perde rien de mes bruissements intérieurs, discipline mon attention, ouvre les pistes comme des puits de lumière.

C’est une expérience forte. Loïc et Liliane sont branchés, ensemble, sur ma « chambre intérieure », celle où ma vie et celle de mes aïeux se répondent en échos. Ils sont à l’écoute de cette polyphonie. Ils vont la faire résonner, lui donner du sens, faire naître des images, des émotions, des évidences qui me consolident à présent tous les jours. Par la conjugaison de leur bienveillance, de leurs connaissances et surprenante intuition, ils ont mis le son sur le silence jusque-là contraint de mes pierres tombales.

L’arbre revit, le rameau peut pousser.

Pour toutes les fleurs et les fruits à venir, merci à vous.

L.


 

Témoignage arrivé suite à une fin de psychogénéalogie.

Voici les mots de la personne qui a fait son chemin avec ses ancêtres :

"C'est comme soulever une pierre immobile, et voir grouiller sous elle un monde inconnu, dont on ignore tout en surface "

"Arrêter la malédiction,
mal dit, mal compris, mal entendu.
Arrêter le règne du châtiment, du reniement, de l’éclatement,
de la stigmatisation, de la division, de la punition, de l’écartèlement.
Arrêter de nourrir la bête affamée.
De sacrifier les cœurs, les corps, les âmes des femmes.
Arrêter ce flot de pus, de boue, de pleurs, de sang.
Arrêter l’enlisement dans le magma brûlant de l’ignorance.
Arrêter. Et ressentir. La peur, la douleur, le malheur,
de l’humanité et de mes sœurs. De nos mères et de leurs mères.
Qui n’ont pas compris, pas senti, pas osé, pas pu, pas voulu.
Qui ont continué pour ne pas renier, ne pas être reniées,
qui ont continué pour ne pas sombrer, ne pas chercher, ne pas voir.
Qui ont étouffé, étranglé, muselé, asservi, de leurs propres mains,
empoisonné dès le premier lait, tué chez leur fille,
ce qu’elles avaient tué en elles, parachevant le travail de leurs mères,
tué mieux que des hommes, car elles savent les coins et les recoins,
les refuges, les abris, le moindre havre de survie, le plus petit abri.
Pas d’échappatoire.
Je pleure sur elles.
Je pleure aussi sur celles
qui ont veillé, transmis, les petites pistes salutaires, semé les cailloux minuscules,
Préservé au prix de leur vie même, une bribe, une graine, un germe, pour le transmettre,
bien caché, à aller chercher et à faire éclore.
Je vous serre fort, vous les invisibles, les vulnérables, qui me guidez dans le silence.
Pour que je préserve, toujours, cette voix troublante, gênante, envahissante, au creux de moi.
Celle qui disait que je n’étais pas celle
qu’on voyait, qu’on voulait, qu’on exigeait.
Celle qui me guidait pour continuer
à ressentir ce qui m’appartenait, et tant pis si cela me déchirait, me divisait.
Que là était, ce qui était. Pour moi.
Qui me disait de continuer, de ne pas abdiquer.
Je veux voler, léger, léger.
Danser, léger, léger.
Rire fort et souvent.
Vivre et sentir la vie me traverser.
Je veux couper les fils qui me font danser et danser Ma danse.
Danse, ma Précieuse, mon Unique, mon Enfant,
Ma Fille, ma Sœur, danse ta propre danse, danse ton propre chant,
ta mélodie unique, pour entrer dans la ronde de Femmes.
Celles qui savent et partagent, se soutiennent, se relèvent, qui se portent haut,
Qui se consolent et se protègent, qui transmettent, qui chérissent, qui donnent et reçoivent, qui aiment et s’aiment.
Qui tirent leur force de leur vulnérabilité même.
Qui sortent de la Peur en se laissant dévorer par elle, sans la craindre, en l’affrontant sans la combattre, les yeux dans les yeux.
Et qui la terrassent en la contemplant.
Danse ma Fille, chante. Vis. Aime.
Sois la mère que tu pourras, de tout ton cœur.
Sois la Femme que tu voudras, de toute ton âme.
Sois Celle que tu es déjà, en toi, celle que tu ne connais pas, celle qui germe, t’appelle,
Te harcèle, qui dit que ça a trop duré, que tu l’as oublié, que l’heure est venue.
Je te parle, et je me parle, je parle à mes Sœurs, de par l’Univers.
Et je fredonne, je bourdonne, je murmure et je marmonne,
je prépare, je mitonne, je bouillonne.
Je nourris la chenille, je la soigne et la bichonne.
C’est là que j’en suis.
J’aiguise mes forces pour sortir du cocon.
J’en ai le désir, et la force, et l’énergie,
le droit et le devoir, et le privilège.
C’est une question de Vie ou de survie.

Vole, chante, danse, ris, vis".

Signé : Femme Rayonnante


 

Beau chemin à la recherche de ses racines . Cela m'a permis de révéler ce que je suis au plus profond de moi sans culpabiliser et surtout d'oser être celle que je suis .
Mais aussi de mettre en lumière  le malaise que je ressentais au sein de ma famille ...
Une renaissance avec un nouvel arbre plus vert que gris ...

Amandine

Référencement par LOGICIELREFERENCEMENT.COM